Boulevard Leopold

A l’approche des fêtes, j’ai eu le privilège de poser mes valises dans un hôtel particulier en plein cœur d’Anvers. Vivre quelques jours dans la capitale des Flandres belges aura été une primauté. Séjourner à Boulevard Leopold Bed & Breakfast aura été un rêve enfin réalisé. L’architecture flamande avec pignons à gradins caractéristique de la ville défile à travers la vitre du taxi qui me conduit vers le quartier juif.

Nous empruntons une avenue généreusement bordée d’arbres au centre de laquelle file une ligne de tramway. Je reconnais de loin la façade blanc-écru de la bâtisse construite en 1890 dans le style néo-classique. Sa fenêtre en saillie ou « bow window » apporte une touche ornementale élégante à l’esprit ascétique de ses lignes. Le fer forgé, telle une dentelle, a été choisi pour habiller le balcon et les balustrades de même que la grande porte fenêtre d’entrée. La corniche et les moulures du chapiteau sobrement sculptées obligent à lever la tête pour apprécier dans son entier la beauté de la maison.


En cette fin de mois de novembre, sous un ciel mélancolique patent, je ne pouvais espérer adresse plus cosy, plus chaleureuse, plus divine pour mes prochains jours. Devant le grand porche, Martin vient m’accueillir avec sa bonhommie élancée toute rassurante. Les présentations se feront dans le grand hall intérieur et se prolongeront dans la Suite Rooftop qu’il m’a réservé.

Boulevard Leopold, ce sont cinq chambres dont deux Suites chacune desservie par un escalier central à la lumière feutrée, presque austère rappelant les tableaux de l’Ecole Flamande. Fer forgé, rampe et marche en bois couleur Calke Green à l’effet spleen, palier à chaque étage et demi-étage, objets d’antiquité, d’histoire, de curiosité, photographies et portraits sérieux ou dissolus, lustres, lampes : le ton est donné. Un lieu vivant comme on aimerait en voir plus souvent qui prolonge le passé et fait honneur à ses anciens habitants, qui perpétue la mémoire et la projette dans le présent. Une adresse à la forte personnalité, aux lumières chaudes ou la quintessence d’un savoir-vivre et d’un savoir-faire flamand.


Boulevard Leopold aura connu une même lignée de propriétaires jusqu’au début des années 2000. C’est grâce à un couple d’amis que Martin a découvert la maison, leur prêtant main-forte dans la gestion de ce Bed & Breakfast nouvellement créé, sans même savoir que quelques années plus tard, il allait racheter les lieux.


Les chambres recèlent une âme personnelle et distincte tout en conservant le même fil conducteur du style de la maison. La générosité de leurs dimensions ferait pâlir bon nombre d’adresses. A l’exception de la Room #2, elles possèdent chacune une baignoire et même des douches à l’italienne. Lors de mes retours de visite dans la ville, le réconfort d’un bain chaud aura été chaque soir une récompense.


Je partage avec vous mes coups de cœur. D’abord pour la Room #3 : une chambre solaire à la patine dorée, choyée d’un foyer avec insert pour l’hiver ; chambre lumineuse grâce aux ouvertures munificentes ; quant à sa salle de bain, un véritable cocon royal abrité derrière une double porte de style haussmannien, baignoire à pieds surmontée d’un miroir trumeau en chêne sculpté ; voilage de lin pour plus de discrétion ; le plancher laqué blanc vient couronner l’impression royale de la pièce.


Mon gros coup de cœur sera pour la Master Suite. Je jette mon dévolu sur cet appartement de plus de deux cents mètres carrés aux superlatifs non galvaudés. Moi qui ai toujours rêvé de pouvoir vivre dans un appartement surdimensionné en centre ville, c’est désormais chose faite ! Il occupe l’entièreté du premier étage de la maison. La beauté et l’harmonie dans l’esprit des années 20-30 s’y sont données rendez-vous. Mélange des années folles et du vintage remis au goût du jour.

Parquet d’origine et hauteur sous plafond magistrale, double salon avec console de cheminée marbrée, lustre montgolfière en cristal suspendu, canapé de velour coloris or, bureau diplomatique en chêne d’époque, objets d’antiquités précieux et souvenirs familiaux viennent parfaire une ornementation interpénétrante. Trophées de chasse aux murs, cadres, malettes et livres anciens à même le sol, tapis peau de vache, paravent à décor de chinoiseries, herbe de la pampa, chaque détail augmente la résonance féerique de cette Suite bien particulière.

En continuité de cette Suite en enfilade, la chambre se trouve côté jardin. Sa décoration semble n’y avoir pas changé depuis la création et rassemble un ameublement de famille aux époques mélangées : commode Empire à colonne sur laquelle repose une peinture à thème religieux, panneautage raffiné sur les portes. En guise de tête de lit, tel un dosseret accolé au mur, un tableau triptyque met en scène des chérubins menant aux rêves, doux et limpide.

L’apothéose : la sublime salle de bain au carrelage Art Nouveau modelé de sa frise listel en faïence. Une grande fenêtre éclaire par effet modulé la baignoire centrale à pieds.


La Suite Rooftop se situe au dernier étage aménagée sous les combles de la maison. C’est toujours une ambiance particulière de dormir sous les toits. Sa terrasse donne côté jardin et offre une vue sur les toits voisins et sur ce ciel unique de Flandre que j’aime tant.

Cette Suite me fait penser à l’univers d’un atelier d’artiste telle une grande pièce à vivre ouverte. Une bibliothèque de fabrication maison ingénieuse et à l’esprit brocante vient se nicher sous l’escalier.À l’extrémité de la pièce, la salle de bain ouverte, intime, discrète se cache derrière un paravent. Une salle de bain d’artiste. La chambre quant à elle se situe en mezzanine de la Suite. Impressions de Cathédrale. 

Le rez-de-chaussée de la maison n’est accessible pour les hôtes qu’aux heures du petit-déjeuner. C’est donc dans la sombreur matinale que je descends découvrir un espace en congruence avec la majesté des lieux. L’ambiance chaleureuse et intimiste contenue à l’échelle surdimensionnelle de ce double salon me séduit au premier coup d’œil.

Le candélabre, les nombreux cierges répartis dans la pièce participent à diffuser une lumière en clair-obscur. Un « éclairage Rembrandt » du plus bel effet avivé par la lueur du jour naissant. L’imposante hauteur sous plafond impressionnerait presque. Plancher ancien somptueux aux crissements accordés, canapé Chesterfield, cheminée d’apparat, magazines et livres en forme de table basse côté rue.

L’opposé est occupé par une table en chêne centrale sur laquelle prend place un cabinet de curiosités et autre décoration précieuse sous cloche, quelques création d’artistes contemporains et objets sont à vendre. La riche bibliothèque est en accord avec la scenerie générale. Tout est beau. Un parfum lancinant se dégage des bougies d’ambiance. Des souvenirs chers à Martin se dissimulent au milieu de la décoration.


Dans le prolongement, annonçant l’espace côté jardin, je suis attiré par un grand puits de lumière traversant une verrière de toit. De généreuses plantes y trouvent le bonheur. C’est là que le petit-déjeuner est dressé chaque jour, installé sur plusieurs petites tables rétro à la patine rouge.

Ambiance café réussie avec vue et accès vers un jardin suranné, bucolique meublé d’antiquités baroques, de sculptures aux relents religieux, de miroirs à même le sol, de fauteuils. C’est romantique à souhait. Un refuge dans la ville pour les soirées d’été. La cuisine vient en prolongement dans une extension plus tardive de la maison, recouverte de faïence Art Nouveau, elle cofigure le style de la salle de bain au-dessous de laquelle elle se trouve. D’autres références à l’art religieux s’y logent. Je profite de ces instants conviviaux pour savourer les lieux ainsi que mon petit-déjeuner servi avec une vaisselle ancienne. Concordance d’un lieu et de son esprit.

C’est une première pour moi. C’est à l’occasion de cette collaboration avec Boulevard Leopold, invité par Martin, que je découvre la ville d’Anvers. Je sais déjà qu’il me faudra revenir. Anvers, ville riche d’histoire, d’art, de culture, de goût, je me sens déjà attaché. Ma visite coïncide avec une autre rencontre. Je suis en effet venu découvrir le travail de l’artiste peintre Sophie de la Pépinière lors de sa première exposition « CIRCUS » sur le thème du cirque à la Galerie « M. van Blerk – Antwerpen ».

J’ai découvert Sophie via Instagram. Son univers et sa sensibilité m’avaient beaucoup touché. De fil en aiguille, de publications en cœurs d’appréciation une relation épistolaire était née. Sophie est une artiste non seulement talentueuse mais également une femme rayonnante dont le travail reflète dans une alchimie toute personnelle sa personnalité, son humanité, son humanisme. Son exposition de peintures, de dessins, de gouaches, d’aquarelles, est une ode à la joie, à l’enfance, au cirque, colorée, remplie d’humour, de poésie, de nostalgie. Un univers qui me touche profondément. Une sensibilité qui fait écho à ma sensitivité.


Anvers et la mode c’est une grande histoire. C’est un vivier de talents mondialement reconnus. La mode à Anvers, c’est un style inclassable. Direction le MoMu ou « Mode Museum », un musée fondé en 2002 qui recueille, conserve, étudie et présente la mode belge.

Plus de trente-cinq mille pièces y sont rassemblées. Le bâtiment est une réussite totale dans l’alliance d’une architecture futuriste ingénieusement intégrée dans un bâtiment plus ancien. Il accueille également la section mode de l’Académie Royale des Beaux-Arts et Flanders DC. Martin Margiela, Dries van Noten, Anne Demeulemeester, Walter Von Beirendonck, Dirk Bikkembergs y sont exposés, parmi les membres les plus connus du groupe des six d’Anvers.Le musée présente actuellement trois expositions différentes très réussies, pointues, intéressantes dont j’ai beaucoup apprécié les scénographies et la richesse des pièces montrées au public.

L’exposition sur la dentelle aura retenu mon intérêt.

Impossible d’évoquer Anvers sans parler de sa culture du gustatif. Lors de ma venue, la magie de Noël était présente dans les rues de la ville et dans les décorations des magasins, boulangeries, pâtisseries. Je n’avais d’yeux que pour leurs gâteaux, leurs spéculoos, leurs pâtes d’amande. J’ai retenu une adresse que tous les anversois connaissent : « Philip’s Biscuits » une échoppe artisanale à découvrir aux effluves et aux saveurs uniques. 


Un concept store multimarques a attiré mon attention. « Renaissance » une boutique au design brut et aux lignes parfaites, un immense espace dédié à la mode, soigné, épuré où les vêtements sont mis en valeur, des vêtements de prêt-à-porter et accessoires allant de Jacquemus à Acne Studios. Une belle adresse de shopping.

A quelques minutes de marche de Boulevard Leopold, j’ai découvert, sur les conseils insistants de Martin, un lieu unique, un lieu improbable : PAKT. PAKT a été fondé par deux frères, Ismail et Yusuf Yaman, et Stefan Bostoen.

En 2006, ils sont tombés amoureux des entrepôts désaffectés situés entre le centre d’Anvers et l’ancien hôpital militaire (aujourd’hui « Groen Kwartier »). Avant le début des travaux de rénovation, ils ont décidé de mettre l’endroit à la disposition de divers artistes et musiciens. Une atmosphère colorée et animée était née.Inspirés par des lieux similaires à Berlin et à New York, ils ont créé un écosystème unique où le travail est combiné avec le sport, les loisirs et une agriculture urbaine éco-responsable. En 2017, près de 25 entreprises s’étaient établies sur le nouveau site du PAKT. Chefs cuisiniers, brasseurs, baristas, torréfacteurs de café, mannequins, passionnés de sport, boîtes numériques ont trouvé leur place sur le site. Un univers incroyable.

Cher Martin, merci infiniment de m’avoir permis de découvrir votre lieu unique à l’inspiration débordante. Je rêvais depuis longtemps de pouvoir séjourner dans votre maison. Grâce à vous mon rêve s’est réalisé. Je vous suis infiniment reconnaissant. Merci pour chaque minute passée chez vous, à vos côtés, à échanger, à dialoguer dans une formule de complicité d’esprit qui m’a beaucoup plu. Surtout restez tel que vous êtes. Remerciements à votre compagne aperçue et croisée lors de mon séjour. A vous revoir.

  • Adresses et lieux cités dans cet article :
  • Boulevard Leopold Bed & Breakfast – Belgiëlei 135, 2018 Antwerpen, Belgique – www.boulevard-leopold.be/ – Instagram : @boulevardleopold
  • MoMu Antwerpen – Le Musée de la Mode Anvers – Nationalestraat 28, 2000 Antwerpen, Belgique – www.momu.be/ – Instagram : @momuantwerp
  • Sophie de la Pépinière Antwerpen – Artiste – www.sophiedelapepiniere.com/ – Instagram : @sophie.de.la.pepiniere
  • PAKT- Antwerpen – https://www.pakt-antwerpen.be/
  • Renaissance Concept Store Antwerpen – Lange Gasthuisstraat 16, 2000 Antwerpen, Belgique – www.princess.eu/store/renaissance/ – Instagram : @renaissance_antwerp
  • Philip’s Biscuits – Korte Gasthuisstraat 39, 2000 Antwerpen, Belgique – www.philipsbiscuits.online/ – Instagram : @philipsbiscuits
  • Anvers Tourisme : www.visitantwerpen.be/fr/ – Instagram : @antwerpen
  • Stad Antwerpen – E-Mail: info@antwerpen.be – Instagram: @stad_antwerpen
  • ilove.antwerp – E-Mail: iloveantwerp2017@gmail.com – Instagram: @ilove.antwerp

Un commentaire sur « Boulevard Leopold »

  1. Bonsoir Lionel,
    Votre voyage, votre partage est très élégant, tout en le lisant, regardant les photos le fond de mon âme était en joie.
    Merci !!! Continué !!
    Un lieu ou je vais aller.

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s